« Bretagne Paris Bretagne »

Avec « Bretagne Paris Bretagne », l’artiste Christine Vannier expose ses œuvres dans une galerie à Paris, et présente pour l’occasion une rétrospective de vingt ans de création, toujours aussi intense et passionnée.

Si on y retrouve les grands formats abstraits au chromatisme profond, raffinés et lumineux, qui ont fait sa réputation, on y découvre ou redécouvre aussi le rapport que l’artiste entretient, de manière de plus en plus étroite au fil des ans, avec la figuration.

Ce fut d’abord cette série sculpturale, que l’artiste avait baptisé « Les dames de la rue », dont certaines pièces de terre cuite aux allures patinées de bronze, les plus fortes et les plus vindicatives, comme une manière de manifester le pouvoir féminin, sont présentées ici.

Ce sont ensuite ces peintures de petits et grands formats, dans lesquels se déploient une série de portraits, ceux d’un personnage récurrent, souvent plus inquiétant que serein, toujours en noir et blanc. Cette partie de son œuvre pourrait au premier regard sembler en rupture avec le reste de son travail, mais elle manifeste plutôt, dans une sorte de logique dialectique, la réalité des phases émotionnelles qui jalonnent la vie d’une artiste à la fois sensible et prolixe et de sa relation à l’humaine nature.

De la couleur intense à l’absence de couleur, de l’abstraction au portrait, comme un positif/négatif du monde tel qu’elle le perçoit, le parcours de Christine Vannier se dessine comme un parcours expérimental s’ouvrant, d’année en année, vers la libération de toute frontière d’expression, et de toutes normes.

Preuve en est encore, la présentation de ces petits courts-métrages réalisés artisanalement avec la technique du « stop motion » (technique d’animation en volume donnant, par la succession des images par secondes, l’illusion du mouvement) et proposant des saynètes pleines de verve et d’humour, pointant les méfaits de la vie contemporaine, de la pollution à l’e-commerce, et confirmant dans le même temps la direction désormais plus « engagée » du travail de Christine Vannier.

MDY

Paris, Octobre 2017

Bal masqué

mon nounours se prenait pour un apprenti homme avec christine

lors du vernissage connoisseur’s gallery Paris

« Bretagne Paris Bretagne »

Avec « Bretagne Paris Bretagne », l’artiste Christine Vannier expose ses œuvres dans une galerie à Paris, et présente pour l’occasion une rétrospective de vingt ans de création, toujours aussi intense et passionnée.

Si on y retrouve les grands formats abstraits au chromatisme profond, raffinés et lumineux, qui ont fait sa réputation, on y découvre ou redécouvre aussi le rapport que l’artiste entretient, de manière de plus en plus étroite au fil des ans, avec la figuration.

Ce fut d’abord cette série sculpturale, que l’artiste avait baptisé « Les dames de la rue », dont certaines pièces de terre cuite aux allures patinées de bronze, les plus fortes et les plus vindicatives, comme une manière de manifester le pouvoir féminin, sont présentées ici.

Ce sont ensuite ces peintures de petits et grands formats, dans lesquels se déploient une série de portraits, ceux d’un personnage récurrent, souvent plus inquiétant que serein, toujours en noir et blanc. Cette partie de son œuvre pourrait au premier regard sembler en rupture avec le reste de son travail, mais elle manifeste plutôt, dans une sorte de logique dialectique, la réalité des phases émotionnelles qui jalonnent la vie d’une artiste à la fois sensible et prolixe et de sa relation à l’humaine nature.

De la couleur intense à l’absence de couleur, de l’abstraction au portrait, comme un positif/négatif du monde tel qu’elle le perçoit, le parcours de Christine Vannier se dessine comme un parcours expérimental s’ouvrant, d’année en année, vers la libération de toute frontière d’expression, et de toutes normes.

Preuve en est encore, la présentation de ces petits courts-métrages réalisés artisanalement avec la technique du « stop motion » (technique d’animation en volume donnant, par la succession des images par secondes, l’illusion du mouvement) et proposant des saynètes pleines de verve et d’humour, pointant les méfaits de la vie contemporaine, de la pollution à l’e-commerce, et confirmant dans le même temps la direction désormais plus « engagée » du travail de Christine Vannier.

MDY

Paris, Octobre 2017

Exposition Rétrospective 22 octobre ~26 novembre 2017

Je vous y accueillerai sur rendez vous les week-end

merveilleuse promenade

toile libre , encre, pigments , liant-acrylique, 40 x 30 cm 2017

Rideau de scène

Toile sur châssis 230 cm x 205 cm