C h r i s t i n e V a n n i e r



 Le son comme glacis final
Depuis quelques années maintenant, Christine Vannier complète ses créations avec des enregistrements sonores. Devant ses œuvres, vous pouvez désormais aussi plonger dans les pensées mêmes de l’artiste. La subtilité de ses imposantes compositions se trouve d’abord dans l’harmonieux mélange de se palette. Christine Vannier aime la débauche de couleurs qu’elle met en œuvre dans ses toiles aussi bien que dans sa garde robe mais en se préservant de toute indécence chromatique. De la même manière, elle est fascinée par l’exubérance à l’œuvre dans toute forme de rassemblement, moments éphémères où les intériorités se révèlent à condition que l’appareil photo les isole.

L’augmentation progressive de ses formats est une conséquence de son désir d’entrer en dialogue voire en confrontation avec la couleur et le spectateur. Le Partage est la raison d’être de sa pratique, le Mouvement son obsession et la Femme le cœur et le médium de sa réflexion. Dans ce triptyque, Christine Vannier dessine comme une géographie intime que nous sommes invités à parcourir avec sa voix comme guide.

Enfin si l’artiste s’est dirigée vers ce concept d’œuvres sonores, c’est en grande partie en raison de son amour pour la musique. L’agencement des multiples composantes de cette œuvre hétérogène et multidirectionnelle interagit directement avec la mélodie de leur création. La dimension captivante des productions de Christine Vannier réside dans ce supplément d’âme qu’elle ajoute à notre contemplation. La décision de se tourner vers les expérimentations sonores provient aussi d’une volonté de s’immerger dans l’œuvre avec le spectateur qu’elle emporte. Si elle utilise tous les média, toutes les techniques de manière décomplexée et désinvolte, il y en a toutefois une qu’elle perfectionne plus que les autres : le son. A tel point que ce dernier apparaît comme un glacis final, le plus subtile peut-être et aussi le plus englobant. Ses œuvres sonores établissent ainsi un rapport intime avec chaque spectateur, donnant peut-être une bonne définition de ce qu’est l’art en tant que relation.



Pierre Von-Ow
west side story
interrogez ce QR code

Créé avec Artmajeur