C h r i s t i n e V a n n i e r












Conversation    By Salomé Melchior.       

 
À travers ses créations, Christine Vannier cherche à donner la liberté de sortir d’une routine en proposant des moments de récréations apaisants dans la stabilité de ses œuvres.
Des grandes toiles suspendues, agrémentées de broderies de verre, aux projections vidéo de sa création numérique, en passant par la travail de la terre ou du fer, elle s’exprime dans son art pluridisciplinaire avec un rapport émotionnel et une attention accrue du détail de la composition.
Artiste autodidacte, son cheminement créatif est libre et spontané, guidé par l‘intelligence du corps et l’élan du mouvement. Le jeu de l’abstraction s’exprime seul et parfois se dissimule dans ses œuvres figuratives. Chaque technique employée trouve sa pleine expression dans l’une ou l’autre de ces directions au travers des émotions imprégnées du présent. Dans une démarche transmédia en perpétuelle évolution, son travail, protéiforme, sort du cadre et échappe à toutes définitions. 
Nouveauté : Parfois, Christine Vannier sort de la bidimensionnalité de la toile par le biais de la réalité virtuelle, sa « machine à rêves », elle propose d’accompagner le spectateur dans la découverte d’un monde nouveau de métamorphoses et arabesques multiples. 
Comme une ode à la liberté, son geste se décuple dans cet espace infini qu’offre la réalité virtuelle. 
Face à l’œuvre, le spectateur vit une immersion surprenante dans l’univers positif et réjouissant de l’artiste.

De la cabane au fond du jardin aux galeries new-yorkaise, Christine Vannier se plaît d'investir chaque lieu. Dans une démarche transmédia en perpétuelle
évolution, son travail, protéiforme, sort du cadre et échappe à toutes définitions.


Une première exposition à la Galerie Casanova au palais Royal en 1981 encourage Christine Vannier à continuer de peindre durant ses études d’architecture au bout desquelles elle obtient un diplôme DPLG en 1983.
Elle suit alors son besoin de créer au bord de l’océan, et choisit de vivre en Bretagne. Elle passe son temps à travailler dans son atelier, seule face aux éléments. Cette période sera ponctuée de nombreuses expositions à Paris, Saint-Barthélémy, Shanghai et aux Etats-Unis.

Peu à peu sa peinture prend une nouvelle envergure, ses nouveaux grands formats interpellent. Une grande entreprise lui commande une série de toiles de 230 x 205 cm.

En 2015, pour une période de trois ans, elle investit à nouveau un atelier parisien. Dynamisée par le terreau culturel et inspirée par ses expéditions au Népal, sa création s’est développée dans de nouvelles directions et médiums comme la réalité virtuelle
sa « machine à rêves », la vidéo, le son, la sculpture, ou encore la gravure, et le verre filé. Ces nouveaux terrains d’expressions seront l’occasion de nombreuses expositions à Paris, notamment au ministère des Finances, à l’espace Brémontier ou à Connoisseur’s Gallery rue Mazarine.

Plusieurs voyages à New-York lui permettent d’y exposer dans deux galeries et de devenir photographe agréée de la Gay-Pride. Aujourd’hui, elle a retrouvé la Bretagne avec un espace propice à de nouvelles créations.
Incontestablement, sa démarche est spontanée, inspirée du milieu dans lequel elle évolue. En la regardant travailler l’expression "intelligence du corps" prend sens.




A l'atelier

Créé avec Artmajeur